Suchen und Finden – leicht gemacht

La France est sur le point d’imposer des règles obligatoires

admin, · Kategorien: Bitcoin

La France est sur le point d’imposer des règles obligatoires pour toutes les transactions de cryptage, selon des sources du secteur

La France est sur le point de mettre en place de nouvelles mesures strictes pour Crypto Code le secteur de la cryptologie monétaire du pays, a appris The Block.

Le ministère français des finances se prépare non seulement à durcir les règles de connaissance du client (KYC) pour les sociétés de cryptographie, mais aussi à réglementer les transactions de cryptographie, selon Simon Polrot, président de l’association française de cryptographie ADAN.

M. Polrot a déclaré au journal The Block, lors d’une interview, qu’il avait été informé par le ministère des mesures proposées car ADAN est „un interlocuteur de confiance“ pour les questions liées à la cryptographie.

Dans l’ensemble, plusieurs ministères ont été impliqués dans des discussions sur la cryptographie, a déclaré M. Polrot, notamment le ministère de l’Intérieur et le cabinet du Premier ministre.

Deux autres sources – Nicolas Louvet, PDG de Coinhouse Group, et Pierre-Guy Bareges, directeur technique de Digital Service Group – ont confirmé à The Block les mesures proposées. Coinhouse fournit des services de crypto-négociation et de conservation en France et est enregistré par l’AMF, l’autorité de régulation des marchés financiers du pays. Digital Service Group est l’opérateur de la bourse de crypto française Zebitex, et il est actuellement en cours de procédure d’autorisation auprès de l’AMF.

Louvet et Bareges ont tous deux déclaré, lors d’entretiens séparés, qu’ils avaient été informés des mesures à venir par le gouvernement français.

Le ministère des finances n’a pas répondu à la demande de commentaires de The Block au moment de la mise sous presse.

Pourquoi des règles plus strictes ?

La raison principale des mesures plus strictes proposées est les récentes attaques terroristes sur la France, ont déclaré ces sources à The Block.

Deux semaines avant les attentats, c’est-à-dire en septembre, la police française avait arrêté 29 personnes soupçonnées de financer des extrémistes islamistes en Syrie en utilisant la cryptoconnaissance.

„Ce qui s’est passé, c’est que l’un des futurs fournisseurs de services d’actifs numériques (DASP) (ou PSAN en français) a laissé certaines personnes utiliser ses services pour envoyer de l’argent à l’étranger, en particulier en Turquie et en Syrie, et a ensuite fait l’objet d’une enquête des services de sécurité“, a déclaré Bareges à The Block. „Ensuite, la police a mené une opération d’arrestation de ces personnes et a déclaré que les bitcoins étaient utilisés pour financer le terrorisme, puis le ministre des finances a déclaré que nous devions mieux contrôler la cryptographie“.

En octobre, le ministre français des finances, Bruno Le Maire, a déclaré à la télévision nationale que le pays ferait des propositions „pour renforcer le contrôle des fonds financiers“ car „les cryptocurrences posent un réel problème de financement du terrorisme“.

Polrot a qualifié ces mesures de „positionnement politique“.

„Le gouvernement devait réagir et prendre position et faire quelque chose pour expliquer qu’il fait quelque chose pour lutter contre le terrorisme“, a-t-il déclaré à The Block.